A family enjoying breakfast

NOTRE GAMME ORIGINALE

The Sans OGM logo

Notre viande est sans OGM, direct du producteur.

Notre aventure s’est forgée autour d’une prise de conscience autour d’un produit, Le Broutard, un jeune bovin issu de races à viandes dont 80 % sont commercialisés à six mois à l’export pour l’engraissement, seuls 10 % des animaux sont vendus localement.

Nous avons donc décidé de nous unir pour développer notre filière, à savoir travailler la viande de jeunes bovins, méconnue en France, mais présentant des caractéristiques très intéressantes d’un point de vue commercial.

UNE GAMME DE PRODUIT ORIGINALE

Des saucisses 100 % pur bœuf ou de l’émincé pour l’apéro et les planchas,

Le jeune bovin, plus goûtu que son cadet le veau, moins fort et gras que son aîné le bœuf

Des produits adaptés aux nouvelles tendances, destinés notamment aux jeunes couples, très faciles à cuisiner.

Il a tout pour plaire aux jeunes comme aux plus vieux, aux mamans.

Des saucisses 100 % pur bœuf ou de l’émincé pour l’apéro et les planchas.
Le jeune bovin, plus goûtu que son cadet le veau, moins fort et gras que son aîné le bœuf
Des produits adaptés aux nouvelles tendances, destinés notamment aux jeunes couples, très faciles à cuisiner
Il a tout pour plaire aux jeunes comme aux plus vieux, aux mamans.

NOTRE ENGAGEMENT

CIRCUIT-COURT, TRAÇABILITE ET QUALITE

Cet engagement est retranscrit dans notre cahier des charges et nous permet de produire une viande reconnaissable pour son goût unique et constamment identique, sublimé par la tendresse de notre produit.

Les animaux, obligatoirement nés et élevés en Ariège et de races à viande sont soumis à un cahier des charges excluant notamment l’utilisation d’aliment OGM ou d’ensilage. Cahier des charges reconnu aujourd’hui qui nous assure une régularité de production depuis maintenant plus de deux ans.

NOTRE CAHIER DES CHARGES

– Obligatoirement nés et élevés en Ariège

– Races à viande

– Excluant notamment l’utilisation d’aliment OGM ou d’ensilage

– Régularité de production et de qualité depuis maintenant plus de deux ans

Obligatoirement nés et élevés en Ariège
Races à viande
Excluant notamment l’utilisation d’OGM ou d’ensilage
Régularité de production et de qualité depuis maintenant plus de deux ans

Nous souhaitions par-dessus tout travailler notre viande de jeunes bovins en incluant tous les acteurs de notre filière au sein de notre département, dans une démarche de circuit-court, d’une part pour valoriser notre territoire et son savoir-faire mais également dans une logique écologique, à ce titre, certains de nos agriculteurs ont amorcé leur transition vers une agriculture biologique.

The Les Steakeurs boss smiling outside in a field

« Le bas du panier, on ne le prend pas. La filière Steakeurs n’est pas une poubelle mais un moyen de valoriser des animaux de catégorie intermédiaire »

« Le bas du panier, on ne le prend pas. La filière Steakeurs n’est pas une poubelle mais un moyen de valoriser des animaux de catégorie intermédiaire »

Brice Bousquet

Président des Steakeurs

A cows face

NOTRE PROJET, NOS OBJECTIFS

Fondée en 2013 et composé initialement de 15 éleveurs Ariégeois pour aujourd’hui une trentaine, notre collectif s’est construit sur la volonté commune de revaloriser notre filière.

Cet engouement pour notre projet nous amène à délivrer des quantités de plus en plus conséquentes.

Cet engouement pour notre projet nous amène à délivrer des quantités de plus en plus conséquentes.

NOS OBJECTIFS

L’objectif de la filière est de commercialiser l’équivalent de six carcasses par semaine

Les Steakeurs visent un poids optimal de 200 kg de carcasse, avec un rendement boucher de 70 %.

Pour séduire le chaland, nous misons sur l’intérêt grandissant des consommateurs pour les productions locales.

L’objectif de la filière est de commercialiser l’équivalent de six carcasses par semaine
Les Steakeurs visent un poids optimal de 200 kg de carcasse, avec un rendement boucher de 70 %.
Pour séduire le chaland, nous misons sur l’intérêt grandissant des consommateurs pour les productions locales.
L’objectif de la filière est de commercialiser l’équivalent de six carcasses par semaine

D’ailleurs l’Italie et l’Espagne, deux pays dont certaines modalités de consommations présentent des points communs avec la France, en sont actuellement les principaux importateurs, preuve en est que la demande sur ce type de produit est réelle.

Pour faire connaître le produit, nous avons choisi une communication décalée, via notre site web et nos réseaux sociaux et nous n’hésitons pas non plus à payer de notre personne en organisant des dégustations et des animations en point de vente les weekends, en Ariège, mais également dans la Haute-Garonne ainsi que dans l’Aude.